Risque infleunza aviaire

Vers une augmentation du risque influenza aviaire

Des mesures limitant l'introduction du virus influenza par les oiseaux migrateurs sont mises en place.

 

Augmentation du risque influenza aviaire

Le virus influenza aviaire hautement pathogène (H5N8) a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes aux Pays-Bas. L'influenza aviaire hautement pathogène est une maladie animale infectieuse, virale, très contagieuse qui affetecte les oiseaux.

Ces cas alertent sur le risque d'introduction en France à partir de la circulation du virus dans les couloirs de migration actuellement empruntés par les oiseaux sauvages.

Le Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation a donc pris des mesures de prévention pour éviter l'introduction du virus en France : le niveau de risque d'introduction du virus influenza aviaire par l'avifaune est augmenté de "négligeable" à "modéré" en France.

A compter du 26 octobre, les mesures suivantes sont rendues obligatoires sur tout le territoire :

- surveillance clinique quotidienne dans les élevages commerciaux;

- interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l'arrivée d'un département cité ;

- vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protéges sous filet.

Des mesures de prévention supplémentaires sont rendues obligatoires dans les communes situées dans les communes situées dans des zones dites à risque particulier (ZRP), c'est à dire abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs.

Plan d'Orgon fait partie des communes concernées (arrêtée ministériel du 16 mars 2016). Les mesures à appliquer sont donc les suivantes :

- claustration ou protection des élevages de volailles par un filet avec réduction des parcours extérieurs pour les animaux;

- interdiction de rassemblement d'oiseaux (exemples : concours ou expositions);

- interdiction de faire participer des oiseaux originaires de ZRP à des rassemblements organisés dans le reste du territoire;

- interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes;

- interdiction d'utilisation d'appelant.

Des dérogations seront envisagées avec les acteurs dans le respect des textes applicables.

Les vétérinaires sanitaires et opérateurs professionnels sont informés de cette situation.

Ces dispositions doivent également être respectées pour les élevages d'oiseaux non commerciaux.

 

Source : Direction départementale de la protection des populations (DDPP 13).